Commémoration du 08 mai 1945 (2017)

Vue d'ensemble au début de la cérémonie
Vue d'ensemble au début de la cérémonie
Mme Coustal et M. Roussel déposent une première gerbe
Mme Coustal et M. Roussel déposent une première gerbe
M. Fenni et M. Roussel déposent une deuxième gerbe
M. Fenni et M. Roussel déposent une deuxième gerbe
Le public présent est recueilli
Le public présent est recueilli

La traditionnelle cérémonie de la commémoration à la mémoire des victimes civiles et militaires de la victoire des alliés sur l'Allemagne nazie et de la fin de la seconde guerre mondiale a eu lieu ce lundi matin par un beau soleil printanier. Sur la place Henri Taillardat, le premier magistrat de la commune a remercié son homologue de Cazillac de perpétrer la tradition de célébrer ensemble cette commémoration. Il a également remercié les participants de s'être déplacés : les anciens combattants, les élus, les enfants et les habitants.

Le 8 Mai a été déclaré jour férié de commémoration en France le 20 mars 1953. Le président Charles de Gaulle a supprimé le caractère férié de ce jour par le décret du 11 avril 1959. En 1975, pour se placer dans une logique de réconciliation avec l'Allemagne, le président Giscard d'Estaing supprime également la commémoration de la victoire alliée de 1945. C'est à la demande du président François Mitterrand que cette commémoration et ce jour férié seront rétablis, par la loi du 2 octobre 1981.

Dans son discours, le Maire a déclaré que l'arrivée d'un nouveau Président de la République n'était pas un événement anodin. C'est un espoir pour tous ceux qui souffrent. Il a aussi eu une pensée pour l'ensemble des militaires qui aujourd'hui défendent les intérêts de la France sur les divers théâtres d'opérations et pour tous ceux qui ont été ces dernières années victimes du terrorisme : 238 morts en France depuis 2015.

Ne croyant pas à la fatalité, il a, au lendemain de cette élection, exprimé trois vœux : que de véritables changements interviennent dans la vie des plus pauvres d'entre nous, que cette nouvelle période permette à la population d'être davantage écoutée ou entendue et enfin que dans cette nouvelle période l'optimisme prévaut sur le pessimisme. Habib Fenni a conclu son discours par deux citations du philosophe français Paul Ricœur dont : " la fatalité, c'est personne, la responsabilité, c'est quelqu'un ".

Deux gerbes ont été déposées en présence des deux portes drapeaux, l'une par Mme Coustal et M. Roussel et l'autre par Messieurs Fenni et Roussel. Le Premier Adjoint, Jean-Michel Savignac a lu l'ordre du jour n° 9, signé de la main du général d'armée De Lattre deTassigny, puis le 3ème Adjoint, Marc Rossburger a égrainé la liste des morts de la commune au combat.

Une minute de silence a été observée par tous les participants à cette commémoration avant que raisonne une version remarquée et remarquable du chant des Partisans. L'hymne national a conclu la cérémonie de Sarrazac.

Devant le monument aux morts de Cazillac, Jean-Louis Pradelle, le Maire a lu le message le texte du Secrétaire d'Etat, chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, M. Jean-Marc Todeschini puis il a égrainé, à son tour les morts de sa commune qui ont péri lors des conflits.

C'est au square du Souvenir de l'Hôpital Saint-Jean que s'est déroulé le troisième acte de cette commémoration : il a commencé par un dépôt de gerbe confié à M. Savignac et M. Rieu.

Le Maire a rappelé ensuite les faits historiques du débarquement du 6 juin 1944 avec une pensée pour tous ces jeunes qui ont servi leur pays. Il a eu une pensée pour l'horreur de la guerre : les camps de concentration où la cruauté a atteint son paroxysme.

La troisième image qu'a voulu montré H. Fenni est un signe d'espoir avec la construction de l'Europe qui a permis que la métropole française reste en paix depuis 73 ans.

Une minute de silence et de recueillement a conclu cette commémoration.

Le Maire de Cazillac lit le texte du Secrétaire d'Etat
Le Maire de Cazillac lit le texte du Secrétaire d'Etat
Les officiels lors de la cérémonie au Square du Souvenir
Les officiels lors de la cérémonie au Square du Souvenir
Messieurs Rieu et Savignac déposent une gerbe
Messieurs Rieu et Savignac déposent une gerbe
Une partie du public présent à l'Hôpital St Jean
Une partie du public présent à l'Hôpital St Jean