Visite de Mme Tiégna, députée du Lot

Mme Tiégna, Messieurs De Broglie, Fenni et Jalet
Mme Tiégna, Messieurs De Broglie, Fenni et Jalet
Une partie des élus présents et Mme Tiégna
Une partie des élus présents et Mme Tiégna
Des discussions animées et passionnées
Des discussions animées et passionnées

Madame Huguette Tiégna, députée de la deuxième circonscription du Lot, était présente à Sarrazac samedi 26 août 2017. Le matin elle a rencontré les élus du canton de Martel.

Devant ses collègues élus du canton de Martel, Habib Fenni a souhaité la bienvenue à Mme Tiégna. Même s’il ne l’a pas soutenu pendant la campagne des législatives, il a tenu a précisé qu’il souhaitait travailler avec elle comme ce fut le cas avec son prédécesseur. Le premier sujet sensible évoqué fut la suppression annoncée de l’enveloppe parlementaire et ses conséquences. Pour des opérations ciblées, le député pouvait auparavant aider à la réalisation de certains projets communaux. Qu’en sera-t-il désormais ?

Mme Tiégna a affirmé qu’elle serait la députée de tous les habitants, que les élections étaient finies et que son but était de rencontrer tous les élus de chaque canton de sa circonscription. Elle a justifié la suppression de l’enveloppe parlementaire dans le but de ne plus favoriser certains et pas d’autres et ainsi faire moins d’élitisme. Les députés réfléchissent à un moyen plus équitable d’attributions des allocations de l’état.

Autre message transmis par les élus : la suppression annoncée de certains emplois aidés. Là aussi les élus ont demandé fermement à la députée de faire remonter ce souci qui sera fort contraignant pour les communes comme Sarrazac et d’autres. H. Fenni a appelé ses collègues à se mobiliser pour lutter contre ce projet de suppression. L’ensemble des élus sont inquiets et ils l’ont fait savoir !

Mme Tiégna les a informés qu’elle était l’élu du territoire avant tout et que même si elle appartenait au parti au pouvoir elle ne voterait pas les lois qui ne seraient pas favorables à la ruralité.

Christian Delrieu, un des deux conseillers départementaux du canton s’est plaint de la difficile application de la loi NOTRE localement. Le premier adjoint de la commune s’est inquiété de la difficulté de maintenir les écoles dans le monde rural. Tous les autres élus l’ont soutenu ; certains ont suggéré de considérer les zones rurales comme des zones sensibles où on ne supprimerait pas aussi facilement une classe qu'aujourd’hui.

Mme Tiégna a aussi expliqué que les comités de soutien locaux seraient un relais entre la population et l’Etat dans la continuité de l’élection législative où de nombreux députés issus de la société civile ont été élus. Elle a tenu a précisé que les comités « En marche » ne se substitueraient pas aux élus du terrain mais seraient un complément à ce qui existe déjà.

D’autres inquiétudes ont été abordées et discutées au cours de cette matinée riche en discussions et informations comme la suppression en trois ans de la taxe d’habitation pour bon nombre de ménages, la désertification médicale, la baisse des dotations de l’Etat, l’Internet pas assez performant partout et la politique agricole rurale. A ce sujet notre députée a invité tous les élus à une journée intitulée « Etats généraux de l’alimentation » le 07 septembre à Figeac à l’instar de ce qui va se dérouler sur ce sujet au niveau national.

L'après-midi de 14h30 à 17h30, elle a pu s’entretenir dans la salle des Mariages de la Mairie avec les habitants qui le souhaitaient. Ensuite elle a discuté avec les associations du canton de Martel qui le désiraient. La soirée s’est achevée de manière plus culturelle avec l’association des "Amis de Turenne".